Winamax
 100€  OFFERTS!
ZEbet
 150€  OFFERTS!
PMU
 100€  OFFERTS!
100 Euros Offerts chez Winamax !   ON FONCE

Bien gérer son capital en paris sportifs

En paris sportifs, bien gérer son capital est essentiel. Le plus important, ce n’est pas d’avoir raison ou tort, mais de savoir pourquoi, comment et combien miser. En suivant une certaine constante et en s’investissant un minimum, n’importe quel passionné de sport peut devenir un parieur gagnant.

Pourquoi miser ?

Tout comme savoir combien miser, savoir pourquoi miser est important avant de se lancer dans sa quête du gain. Il est nécessaire de se poser cette question. Pourquoi miser sur cet évènement ? Il existe plusieurs réponses, toutes personnelles. Elles varient en fonction de votre mentalité. 3 types de joueurs se distinguent :

Le joueur du dimanche

Ce joueur mise principalement pour s’amuser et vibrer au fil des évènements sportifs. Il est bien souvent perdant sur le long terme, mais reste lucide et capable de limiter ses pertes. Ces pertes n’influent pas énormément sur son plaisir de vivre l’évènement.

Le joueur gagnant

Le joueur gagnant est bien souvent un passionné de sport suivant une stratégie bien élaborée. Ce type de joueur ne voit pas le pari sportif comme un jeu, mais comme un sport dans lequel le bookmaker serait un adversaire. Les joueurs gagnants sont très peu nombreux en paris sportifs.

Le joueur compulsif

Un joueur compulsif est bien souvent dans l’ignorance. Ce type de parieur est capable de faire des profits à court terme, mais aura toujours une volonté de miser plus. Le joueur compulsif est parfois compétent, mais n’a aucune gestion de capital et peut perdre des sommes astronomiques sur une période plus ou moins longue.

Un joueur perdant compulsif ne se définit jamais comme tel puisqu’il n’a aucun raisonnement sur lui-même. Selon vous, vous figurez donc forcément dans une des deux premières catégories !

Dans un prochain article, nous tenterons de vous aider à optimiser vos chances de gains à long terme, afin de figurer dans la 2e catégorie.

Lire la 2e partie de l'article.