1er PARI REMBOURSE chez Betclic si vous le perdez   INSCRIVEZ-VOUS !

Pronostic ATP Australian Open

Pronostic 1X2

16/12
19:00
Open d'Australie Playoff Australien Wild card
Tammi Patterson
1 N 2
Destanee Aiava
16/12 19:00
Open d'Australie Playoff Australien Wild card
Tammi Patterson
Destanee Aiava
1 N 2
16/12
20:30
Australian Open Australian Wildcard Playoff
Alex Bolt
1 N 2
Alex De Minaur
16/12 20:30
Australian Open Australian Wildcard Playoff
Alex Bolt
Alex De Minaur
1 N 2
17/12
03:00
Cairo, Singles W-WITF-EGY-38A
Melanie Klaffner
1 N 2
Andreea Amalia Rosca
17/12 03:00
Cairo, Singles W-WITF-EGY-38A
Melanie Klaffner
Andreea Amalia Rosca
1 N 2
17/12
03:15
Antalya, Singles W-WITF-TUR-44A
Cristina Dinu
1 N 2
Tena Lukas
17/12 03:15
Antalya, Singles W-WITF-TUR-44A
Cristina Dinu
Tena Lukas
1 N 2
17/12
03:15
Turkey F47, Singles
Antonio Massara
1 N 2
Tak Khunn Wang
17/12 03:15
Turkey F47, Singles
Antonio Massara
Tak Khunn Wang
1 N 2
17/12
03:30
Tunisia F39, Singles
Goncalo Oliveira
1 N 2
Miljan Zekic
17/12 03:30
Tunisia F39, Singles
Goncalo Oliveira
Miljan Zekic
1 N 2
17/12
04:00
Pakistan F2, Singles
Ivan Nedelko
1 N 2
Enrique López-Pérez
17/12 04:00
Pakistan F2, Singles
Ivan Nedelko
Enrique López-Pérez
1 N 2
17/12
05:00
Hammamet, Doubles W-WITF-TUN-39A
GIOVINE C / MARCHETTI G
1 N 2
Muntean V / Shinikova I
17/12 05:00
Hammamet, Doubles W-WITF-TUN-39A
GIOVINE C / MARCHETTI G
Muntean V / Shinikova I
1 N 2

Retrouvez chaque jour nos meilleurs pronostics pour les rencontres de tennis de l'Open d'Australie.


Retrouvez ICI les promos bookmakers à ne pas manquer sur le tournoi.

 

Murray, le nouveau Roi

Il y a encore huit mois, on pouvait caractériser Andy Murray comme un grand joueur destiné à faire bonne figure au pied du podium des légendes de cette folle génération 2000. Mais à force de travail et d’exigence, l’Ecossais a mis à jour cette version de lui-même vers une toute autre, beaucoup plus performante. Meilleur sur son engagement, plus concentré et toujours aussi étonnant de vélocité, le nouveau numéro 1 mondial irrite toujours autant une partie des fans, mais régale plus que jamais. Surtout, il impose le respect. De par son statut, mais aussi sa capacité à faire plier les top players. Avec 21 victoires en 24 rencontres disputées face à des joueurs du top10 en 2016, soit 88% de succès, le Britannique a mis tout le monde d’accord.

Encore jamais titré à Melbourne, où il a buté cinq fois en finale, Andy Murray n’envisage pas un instant repartir d’Australie avec un plateau dans les bras. Reste à voir comment Andy négociera son premier grand tournoi dans la peau du numéro 1. Malgré les quelques interrogations qui entourent le début de saison, le patron du circuit reste sur 25 victoires consécutives et a engrangé assez de confiance pour se voir attribuer l’étiquette de favori en Australie.

La victoire du N°1 mondial est proposée à 2.3 chez Betclic

Djokovic le bondissant

C’est le maître en Australie. Souvent contesté rarement battu, le Serbe n’a échoué qu’une seule fois au cours des six dernières participations au tournoi, face à Stan Wawrinka en demi-finale de l’édition 2014. Double tenant du titre, le Djoker, bien reposé, n’envisage rien d’autre qu’un septième titre sur le bouillant sol de Melbourne. Une surface très rapide (Plexicushion) qu’il semble avoir apprivoisée.

Le Serbe avait confessé avoir légèrement revu son niveau d’exigence à la baisse après avoir (enfin) embrassé la Coupe des Mousquetaires sur l’ocre parisien en juin dernier, mais s’était déjà montré à nouveau conquérant pour boucler la saison au Masters. Nole a bien profité de sa famille ces derniers mois et se tient prêt à repasser en mode machine dès le premier épisode de la saison. Il est, avec Murray, l’autre grand favori. Jouissant des deux premières places mondiales, les deux hommes ne pourront se rencontrer qu’en finale…

Profitez d’une belle cote de 2.5 pour parier sur un 7e titre à Melbourne pour le Djoker

Roger, un roi déguisé en prince

Son talent n’a d’égal que son amour du tennis. Dingue de travail, méticuleux avec son physique, le Suisse n’avait jamais manqué un seul tournoi du Grand Chelem depuis sa première apparition à Melbourne, en 2000. Blessé depuis six mois, le papa modèle a profité de ce congé imposé pour prendre soin des siens, sans oublier de se ressourcer dans ses montagnes suisses. Mais alors qu’il assistait à la véritable éclosion de Murray dans la peau d’un fan, RF n’a jamais laissé transparaître le moindre doute concernant son retour sur les courts. Six mois d’absence qui semblent avoir eu l’effet d’une cure de jouvence pour le plus grand joueur de tous les temps. C’est en tout cas ce qui a transpiré lors de la Hopman Cup, compétition « amicale » au cours de laquelle Federer s’est présenté en pleine possession de ses moyens. Un roi ne refuse jamais un dernier chip and charge à ceux qui l’ont admiré au sommet. Du haut de ses 35 ans et avec un statut de 16e mondial, Federer a encore des batailles à gagner. Demi-finaliste en 2016 et déjà titré quatre fois sur la Rod Laver, il est tout sauf un outsider.

Federer titré à Melbourne est proposé à 15 !

Rafa a les crocs

Voilà une autre légende de ce sport sur le retour. Blessé une partie de la saison en 2016, « El Toro » a tout de même pris le temps de remporter deux titres, dont le Masters Monte-Carlo. Trop inconstant physiquement depuis deux ans pour faire plier les meilleurs par la force, l’Espagnol a beaucoup travaillé, et commence à retrouver toutes ses sensations. Facile tombeur de Berdych, Raonic et Goffin au tournoi exhibition d’Abu D’habi, Rafa, qui n’a plus vu le dernier carré d’un tournoi du Grand Chelem depuis sa finale perdue sur blessure à l’Open d’Australie il y a deux ans, compte bien frapper un grand coup. Toujours aussi conquérant et enfin en parfaite santé, l’Espagnol ( 17) est à prendre très au sérieux.

Wawrinka et Raonic en embuscade

Le tennis est aussi beau parce qu’il offre une chance de jouer les premiers rôles à ceux que l’on imagine simples figurants. C’était le cas de Wawrinka, qui a longtemps été considéré comme un très bon joueur, avant de se découvrir tardivement un tempérament de grand. Titré en Australie il y a deux ans, le Suisse a pris confiance, pour remporter Roland-Garros en 2015, puis l’US Open 2016. Barré dès les huitièmes par Raonic au terme d’un long combat il y a un an, le dernier vainqueur d’un Majeur, 4e mondial, vise clairement un deuxième sacre à Melbourne. Stan The Man est offert à une cote de 12.

Son bourreau de l’an passé est l’autre grand danger. Milos n’a encore jamais réalisé son rêve de remporter l’un des quatre grands trophées du circuit mais l’a touché du bout des doigts en 2016, année marquée par sa première finale sur le gazon de Wimbledon. Balayé par Djokovic, le Canadien a tout de même beaucoup progressé dans son approche de ces rendez-vous, et l’a encore prouvé au Masters de Londres. Battu par Murray en demie après s’être procuré plusieurs balles de match, le Caribou, assurément auteur du plus grand match de sa carrière, peut voir l’avenir sereinement. Il aborde la saison avec un statut de troisième mondial et d’énormes ambitions.

L’armée des outsiders

Si Juan Martin Del Potro a d'ores et déjà dû déclarer forfait pour le tournoi, au grand dam des amoureux de la petite balle jaune, ils sont nombreux à rester tapis dans l'ombre en attendant le moment opportun pour créer la surprise. S’il a pris un sérieux coup derrière la tête en s’inclinant devant son public en finale de la Coupe Davis face à l’Argentine de Juan Martin, Cilic n’en demeure pas moins un outsider à l’orée de cette saison 2017. Pas loin d’être injouable lorsqu’il sent parfaitement la balle, le Croate est à surveiller dans cet Open d’Australie. Il ne faut évidemment pas oublier Kei Nishikori. Bien qu’il ait montré beaucoup de signes de fragilité sur le plan mental face aux meilleurs dans les très grands rendez-vous, le Japonais, rapide comme l’éclair, est toujours susceptible de sortir de sa boîte. Devant son public, le fantasque Nick Kyrgios est également capable de faire taire les critiques. Toujours sûr de sa force, l’Aussie dégage l’impression de pouvoir dominer n’importe qui. Les cinq meilleurs français (Gaël Monfils, Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet, Lucas Pouille, Gilles Simon) sont également capables du meilleur, au même titre que Berdych, éternel outsider, ou encore des jeunes pépites Dominic Thiem et Sascha Zverev. Si Murray semble sur un petit nuage, quelque chose nous dit que cet Open d’Australie pourrait bien être placé sous le signe de la folie !

Du côté des dames

Le tournoi féminin s’annonce tout aussi passionnant que celui des hommes. Il mettra aux prises l’éternelle Serena Williams, qui ne pointe plus qu’à une longueur du record de titres en Grand Chelem, toujours détenu par Steffi Graff (22) à Angélique Kerber. Gênée à une épaule tout au long de l’année 2016, l’Américaine a eu le temps de se reposer et compte bien prendre sa revanche sur Kerber, qui l’avait battue ici-même en 2016. Tenante du titre et nouvelle patronne du circuit WTA, l’Allemande voudra elle s’inscrire sur la durée en réalisant le doublé.

Derrière ce duo de favorites, on retrouve la puissante Garbine Muguruza, qui a prouvé en remportant Roland Garros qu’elle avait l’étoffe d’une grande championne. Simona Halep, Karolina Pliskova et Agnieszka Radwanska sont également capables de créer la surprise dans ce tournoi. Au rayon des surprises, on peut attendre beaucoup de Caroline Garcia. La Française a pleinement pris conscience de tout son potentiel en finale de la Fed Cup et ne semble plus très loin d’un premier grand coup d’éclat. Voilà une cote de 80 qu’il serait dommage de ne pas tenter... Avec sa puissance dévastatrice, Sloane Stephens, si elle retrouve de la constance, est également susceptible de faire des dégâts… Si l’on regrette les absences d’Azarenka (maternité) et Kvitova (blessure), ce tournoi féminin annonce tout de même du grand spectacle.

tournoi féminin, les principales cotes

  • Serena Williams : 2.9
  • Angélique Kerber : 4.5
  • Simona Halep : 9
  • Garbina Muguruza: 10
  • Karolina Pliskova: 15
  • Agnieszka Radwanska : 28 ...